Le Patrimoine Historique

Si l’ENS du Puy d’Aubière a été classé pour ses coteaux secs, le puy regorge de reliques de son passé agricole. Jusqu’au milieu du 19ème siècle, le puy est une colline agricole : ses coteaux sont utilisés pour la viticulture et sur son sommet fleurissent les arbres des vergers.

Venu d’Amérique et se propageant depuis l’Ouest et le Sud de la France à la fin du 19ème siècle, un insecte parasite de la vigne, le Phylloxéra, vecteur d’un virus de la vigne, se propage. La maladie finit par atteindre l’Auvergne et les vignes sont ravagées. Les cultures sont peu à peu abandonnées faute de remède efficace et peu coûteux. Les viticulteurs luttent. Cependant, face à la modernisation de la production, les crises économiques et les guerres, cette activité est abandonnée.

Aujourd’hui, des vestiges du passé agricole du site sont encore visibles.

La fontaine Saint Martin

P1020668P1020670

Seul point d’eau du site, la fontaine était utilisée pour arroser les vergers et les vignes et pour désaltérer les travailleurs. Avec l’abandon des pratiques agricoles, la fontaine n’a plus été entretenue.
A la fin des années 2000, la commune a décidé de restaurer la fontaine, lui rendant sa forme d’origine. Cependant, la source de la fontaine semble s’être tarie ou avoir été détournée. Une étude de faisabilité de la remise en eau du site sera réalisée dans les prochaines années pour comprendre les causes du tarissement et pour envisager le faire couler de l’eau dans la fontaine.

 

La croix

P1020662

Les tonnes à vin

Photo 13Photo 1P1070490

Ces constructions servaient d’abris et de chais pour entreposer les outils viticoles. Chaque propriétaire avait sa tonne. Avec la crise du Phylloxera, elles ont été abandonnées et sont tombées en ruines. Certaines sont encore debout et servent d’abris à la faune du site. L’ASCA (Association pour la Sauvegarde des Caves d’Aubière) a rénové une tonne près d’une parcelle de vigne que l’association entretient.

Les murets en pierres sèches

P1060343

Ces murets sont aujourd’hui peu visibles sur le site car ils se sont éboulés ou ont été recouverts par la végétation. Ils séparaient les différentes parcelles de vignes et de vergers. En 2013, dans la cadre du plan de gestion, pur la sauvegarde du patrimoine naturel et pour améliorer l’accueil des populations de reptiles, certains murets ont été débroussaillés et restaurés.

Retrouvez l’actualité de l’ENS du Puy d’Aubière dans la rubrique Actualités

 

Publicité